analyse swot

Réussir avec l’ analyse SWOT

 
 
 
 
 

Dans le monde du marketing, nous aurons besoin d’un outil d’examen qui considère plusieurs facteurs pour prédire la réussite d’un projet. Dans ce cas, l’outil d’analyse qualitative SWOT est sans doute le plus connu dans le monde des affaires. Il est l’outil privilégié, lorsqu’on souhaite évaluer un projet avant son commencement, ou faire une rétrospection. Alors, comment le maîtrisé ?

 

Comment définir le SWOT

 

Tout d’abord, il faut savoir que le mot SWOT est un acronyme anglais signifiant Strengths – Weaknesses – Opportunities – Threats. Nous pouvons le traduire par Forces – Faiblesses – Opportunités – Menaces. Il s’agit d’un outil stratégique, utilisé par une entreprise, très efficace dans l’estimation d’un projet que ce soit en amont ou en aval. En clair, il aide à la compréhension des marchés et à la prise de décisions. Son objectif est simple, considérer les forces et les faiblesses en optimisant les éventuelles opportunités et en réduisant les impacts des menaces. Il aide donc à se focaliser sur les points clés de l’étude. Les forces et les faiblesses sont des éléments qui peuvent être régularisés en interne par le biais du management alors que les opportunités et les menaces sont des facteurs extérieurs à l’entreprise, ils sont pris en compte par la direction. Grâce à sa vitesse d’exécution et sa prise en main facile, l’analyse SWOT est très populaire dans le monde des affaires SWOT. Dans l’idéal, nous devons tous effectuer une analyse SWOT.

 

Quelles sont les étapes d’une analyse SWOT

 

Ensuite, pour procéder au SWOT, il faut en premier créer une feuille de calcul avec une grille de quatre colonnes. Chaque colonne représente les lettres du sigle, c’est-à-dire les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces. Sur la ligne verticale, nous créons deux colonnes. Celle de gauche contiendra les composants qui ont un effet positif ou avantageux. Celle de la droite quant à elle, recevra les constituants qui ont un impact négatif ou néfaste sur le projet. Ensuite, sur la ligne horizontale, nous concevons deux autres axes. Le premier, autrement dit celui du haut comprend une liste des facteurs internes. Le second, celui du bas accueillera le répertoire des causes externes.

 

analyse swot

 

À l’intersection des colonnes et des lignes, nous élaborons quatre cases qui ont pour objectif de comporter des informations utiles et appropriées. La division S recense toutes les forces, la division W énumère toutes les faiblesses, la division O cite toutes les opportunités et enfin la division T détaillera toutes les menaces. Nous suggérons de hiérarchiser tous les renseignements significatifs afin d’être plus productif.

 

Comment exploiter les informations

 

En dernier lieu, nous allons voir comment rentabiliser toutes ces affirmations. Nous devons réaliser ce travail avec toute notre équipe lors d’une réunion. Avec ses données, nous pouvons établir un diagnostic très sérieux. Nous pouvons regarder avec attention et en détail le projet et prédire nos actions les mieux adaptées. Nous pouvons donc vérifier nos stratégies qui sont ou vont être mises en place. L’analyse SWOT nous proposera une réponse satisfaisante à notre contexte. Tout ce ceci est conçu pour confirmer les axes stratégiques que nous avons adoptés, trancher sur leur fiabilité et éprouver leur cohérence. Nous pouvons, en conséquence, grâce à cette méthode, optimiser nos forces, examiner nos différentes chances, réajuster nos points faibles, réduire au minimum nos risques.

 

Que faut-il dire en bref sur le SWOT ?

 

L’analyse qualitative SWOT est aisément assimilable et commode. Nous pouvons la comprendre sans trop de difficulté. Elle est très maniable et polyvalente et peut être adaptée sur un grand nombre de types d’organisation et de projet. Elle propose également une grande ressource de remaniement relatif à la méthodologie.

 

L’analyse SWOT nous obligera à organiser des ateliers de discussions intenses et constructifs sur la vision de chacun concernant le programme. Elle encourage donc la communication et la formation collective d’opinion. N’oublions pas qu’elle peut être associée avec de nombreux outils.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *